Secteurs & marchés

Créer un Environnement Favorable aux Entreprises Durables en Europe de l’Est et en Asie Centrale

Pays du Partenariat Oriental

Créer un Environnement Favorable aux Entreprises Durables en Europe de l’Est et en Asie Centrale

 

11 ocotbre 2019

 

La conférence a été organisée par le bureau du Médiateur des Entreprises de la Géorgie (Business Ombudsman) et par la CiDA (Agence de Développement Civil) avec le soutien financier du gouvernement suédois.

 

M. Nikoloz Alavidze, Vice-ministre de l'Economie, a souligné l'importance du rôle du Médiateur des Entreprises en tant que soutien institutionnel au développement des entreprises.

Des mémorandums de coopération ont été signés entre le Médiateur des Entreprises géorgien et le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, l'Albanie et la Pologne dans le but d'aider le bureau du Médiateur des Entreprises de la Géorgie à établir une coopération internationale à un niveau plus élevé

 

Mécanismes Internationaux de Protection des Droits des Entreprises

 

Les statistiques de la Banque Mondiale révèlent que 20% à 25% des investisseurs quittent tout simplement les pays en voie de développement et en transition. Le risque politique, le manque de transparence (les règles étant modifiées fréquemment) et les changements soudains de la législation ont été cités comme principales raisons de quitter un pays. L’importance de la rétention et de l'expansion des investissements et l'impact négatif du départ des investisseurs ont été soulignés, de même que la résolution rapide des problèmes constituant une clé de la rétention et de l'expansion de l'investissement.

Les modifications fréquentes dans la législation ont été identifiées comme étant le principal défi des activités du Médiateur des Entreprises de la Géorgie en 2018 et aujourd’hui.

Les Médiateurs des Entreprises invités ont présenté leurs activités, évoqué des similitudes et des différences dans la structure de leurs organisations, exposé leurs expériences et les défis auxquels ils sont confrontés. Tous ont mentionné que l'objectif principal de leurs bureaux est de montrer aux investisseurs potentiels qu’ils seront protégés.

La représentante de l’OCDE a parlé de l’intégrité des entreprises dans les pays du partenariat oriental et du rôle du Médiateur des Entreprises dans la promotion de l’intégrité des entreprises. L'insécurité juridique, la faiblesse de la liberté économique, la protection des droits de propriété, une concurrence ouverte et loyale ont été identifiées comme des questions principales liées aux activités commerciales dans la région. Selon le rapport, les entreprises, en particulier les grandes entreprises et les entreprises internationales, ont des programmes de conformité, mais ils sont appliqués à très faible mesure par ces dernières et par le gouvernement. Le prochain projet de la BERD-OCDE 2020-2022 a été évoqué. Dans le cadre du projet, des formations techniques élaborées sur mesure concernant des problèmes concrets seront organisées ainsi que des forums sur la lutte contre la corruption et la conformité.

Des rencontres entre différents acteurs et une bonne communication pour une meilleure compréhension des processus et des problèmes, ainsi que l'utilisation des avantages de la transformation numérique ont été soulignées.

Tous les participants ont souligné l’importance de l’indépendance du bureau du Médiateur des Entreprises. Cependant, l'indépendance semble être comprise de différentes manières. Par exemple, pour le Médiateur des Entreprises au Kazakhstan, son indépendance réside dans le fait qu’il n’obtient le soutien financier que des entreprises (cotisations), tandis que dans d’autres pays, les bureaux du médiateur sont principalement financés par la Banque Mondiale ou la Banque Européenne. En Ukraine, l'indépendance est considérée comme le droit légal et la possibilité réelle d'agir même contre le Président si nécessaire. Une discussion a eu lieu sur cette question.

 

Développement Durable et Innovation - L'avenir des Entreprises en Europe de l'Est et en Asie Centrale

 

Tout d'abord, l'expression du besoin de RSE de la part des entreprises a été discutée. Les orateurs invités ont unanimement déclaré que la demande des entreprises en matière de RSE était très faible. Selon la Directrice de CiDA, une étude récente a montré qu'avec la croissance des entreprises, leur RSE grandit également. Cependant, seulement 26% des grandes entreprises considèrent que la RSE fait partie de leurs activités et de leur stratégie. Selon le chef du Club de Responsabilité Sociale des Entreprises, la RSE est une nouvelle tendance en Géorgie et il est normal que les entreprises ne considèrent pas la RSE comme un instrument de développement durable.

Deux plates-formes ont été promues : le club RSE et le Réseau Global Compact Georgia qui ont pour objectif de sensibiliser les entreprises géorgiennes et étrangères et de promouvoir la RSE. Les participants ont noté qu'il existait différentes approches et conceptions de la RSE en Géorgie, mais l'important était de coopérer et de partager des positions sur les droits de l'homme, la protection de l'environnement et la bonne gouvernance afin de parvenir à un développement durable dans le pays.

La question comment l’innovation peut aider le développement durable a été également posée. Selon la Vice-présidente de l’Agence des Innovations and Technologies de la Géorgie, il y a beaucoup de start-ups innovantes qui sont orientées vers la durabilité. Le nombre croissant de start-up créera un environnement plus compétitif et obligera les grandes entreprises à mettre en place des produits/services innovants et plus durables.

Les établissements d'enseignement, les médias et le gouvernement ont été identifiés comme les principaux acteurs de la promotion de la RSE et de la durabilité. Le rôle d’influenceurs a été mis en évidence pour prendre de bonnes initiatives.

 

Potentiel d'Investissement de la Géorgie et Promotion de l'Investissement

 

La promotion des entreprises locales, la croissance des exportations et la croissance des investissements directs étrangers constituent les 3 missions du Programme Entreprises Géorgiennes. La création de nouveaux secteurs de l’économie est considérée comme un excellent moyen d’attirer un nouvel investisseur qui sera sûrement suivi de nombreux autres à l’avenir.

Selon l’Organisation Nationale du Tourisme en Géorgie, le pays dispose d’un potentiel important dans le secteur du tourisme (8,7 millions de visiteurs internationaux en 2018). En 2015, une stratégie touristique du pays a été élaborée, visant à atteindre 11 millions de visiteurs internationaux d'ici 2025. L'objectif est d'augmenter le nombre de visiteurs qui dépensent des sommes plus importantes lors de leur voyage en Géorgie. L’importance de la diversification des visiteurs a été soulignée ainsi que la nécessité de proposer des expériences uniques pour survivre dans un environnement très concurrentiel. L’importance de l’aéroport de Koutaïsi et de plus en plus de vols directs ont été mis en avant, de même que la promotion de nouveaux secteurs tels que l’agrotourisme et l’écotourisme.

M. Giorgi Pertaia, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Géorgie, a évoqué la nécessité d’une visibilité positive de la Géorgie dans les pays étrangers. Le programme « After Care» (Soutien après Investissement) a été mentionné dans le but de fournir un soutien aux investisseurs après l’investissement. Le principal défi consiste à trouver un bon équilibre entre la législation et l'environnement des entreprises. Par exemple, après l'ouverture du pays sur l’espace Schengen, de nouvelles réglementations européennes doivent être appliquées en Géorgie, mais la question se pose si le pays est prêt pour cela.

M. Giorgi Khelaia, du Partnership Fund, a présenté les activités du fond clôturant la conférence. Divers investissements dans différents secteurs (énergie, infrastructures et logistique, agro-alimentaire, industrie, immobilier) ont été présentés, tels que, par exemple, un projet de réhabilitation du thé géorgien, des oliveraies, de nouvelles usines porcines, une usine de panneaux sandwich, une usine de fabrication de blocs de béton, la reconstruction d’hôtels de luxe dans différentes régions et le projet d’Anaklia.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin