Secteurs & marchésMembres

Nick Gvinadze est nommé ambassadeur pour le Belt & Road au sein de la Cour internationale d'arbitrage de la ICC

L'initiative Belt&Road.

Nick Gvinadze est nommé ambassadeur pour le Belt & Road au sein de la Cour internationale d'arbitrage de la ICC

Notre membre Gvinadze & Partners est heureux d'annoncer la nomination de Nick Gvinadze, associé directeur, en tant qu'ambassadeur de la Commission de la Cour internationale d'arbitrage de ICC sur l'initiative Belt & Road.

Située stratégiquement à la croisée des chemins entre l’Europe et l’Asie, la Géorgie a toujours été un élément important de l’ancienne Route de la soie. Elle est très bien placée aujourd’hui pour jouer un rôle encore plus important dans l’initiative «Belt & Road» récemment relancée. Ayant récemment signé un mémorandum avec le gouvernement géorgien, la Cour internationale d’arbitrage de ICC a des projets ambitieux pour étendre ses services de résolution de conflits à la Géorgie et à la région post-soviétique dans son ensemble. La Géorgie a les bons ingrédients pour devenir un pôle régional pour la résolution des litiges pour l'initiative Bel&Road », a commenté Nick Gvinadze.

 

L'initiative Belt and Road

 

Présentation

L'initiative Belt and Road a été lancée par le président chinois Xi Jinping en 2013. C'était à l'origine une politique intérieure à la Chine, puis elle est devenue une initiative mondiale.

Elle couvre 3 continents et 65 pays. La Chine tente également d'impliquer l'Amérique latine, les États des Caraïbes, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Cette route se compose de deux parties : Belt&Road initiative et la route de la soie du 21ème siècle.

Il s'agit de l'un des projets majeurs mis en œuvre par le gouvernement chinois à la suite du 19ème Congrès national du Parti communiste chinois, tenu en octobre 2017. L'initiative  a été inscrite dans la constitution.

 

Directions

Les chercheurs et les économistes donnent trois grandes orientations à cette initiative :

-Politique: la Chine veut changer son pouvoir dans le monde pour devenir un acteur mondial encore plus important.

-Economique : la Chine veut répondre à ses défis économiques. Le gouvernement vise à réduire les disparités entre l'environnement urbain et rural et entre l'ouest et l'est du pays. Cela leur permettrait également de monter dans la chaîne de valeur en déplaçant le secteur industriel vers d'autres pays, maintenant ainsi leur trajectoire brute.

-Culturel : la Chine souhaite diffuser ses idées sur l'ordre mondial.

 

Attentes

La Chine espère que cette initiative contribuera à réduire le déficit de financement des infrastructures en Asie, que les projets prévus dans ce cadre s’élèveront à 350 milliards de dollars américains au cours des cinq prochaines années et que les échanges commerciaux entre la Chine et les pays de l’initiative du Belt & Road dépasseront 3 000 milliards USD.

 

L'initiative Belt and Road du point de vue de la Géorgie

 

Les relations économiques entre la Géorgie et la Chine.

La Géorgie fait partie de l'ancienne route de la soie et le commerce entre les deux pays s'est développé ces dernières années. En effet, la Chine est devenue le 3ème partenaire commercial de la Géorgie avec un chiffre d’affaires de 823 millions USD en 2014 et de 10 millions USD en 2002.

La Géorgie considère cette initiative comme une opportunité et a décidé d’approfondir ses relations avec la Chine. En 2015, le pays est devenu membre de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures et a conclu un accord de libre-échange en 2017. En outre, la Géorgie a témoigné de son intérêt et de sa détermination en organisant le premier forum routier de Tbilissi en 2015, suivi d'un second en 2017. Elle a également mené d'importants projets d'infrastructure, tels que la ligne Bakou-Tbilisi-Kars (une voie ferrée de 178 km reliant l'Azerbaïdjan à et chemins de fer turcs) et le port en eau profonde d'Anaklia.

Aujourd'hui, 99% des marchandises importées (principalement des produits informatiques) en Chine voyagent par voie maritime, ce qui laisse 1% du marché aux rails. Le principal avantage de ce dernier mode de transport est qu’il est plus rapide que le mode maritime (le transport aérien restant le plus rapide mais étant plus onéreux).

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin